MASSAGES

Une envie de massage ?

Le massage est l’une des techniques dites « mineures » que peut utiliser le naturopathe. Et en tant que sportif et entraineur, je connais très bien l’importance d’un bon massage ! C’est pourquoi, je vous propose  2 types de techniques manuelles :

Massage bien-être*

Massage du corps entier qui soulage les tensions, le stress et est destiné à procurer une détente physique et psychique. Il facilite le lâcher prise, la relaxation, la prise de conscience et fait partie intégrante du développement spirituel et de l’équilibre de la personne.

 

 

Pour les adeptes des massages en douceur

 

 

 

*Massages de détente et relaxation, sans caractère médical.

« Prendre soin de son corps pour que son âme ait envie de l’habiter »

Proverbe Chinois

Médecine Physique Naturopathique*

C’est un massage qui est décomposé suivant les différentes parties du corps. Il tient compte des fascias, des différentes couches musculaires et de la séparation des muscles. Il soulage les courbatures et les tensions musculaires, favorise la circulation sanguine, lymphatique et l’élimination des toxines. Apporte tonus et souplesse.

 

Pour les adeptes des massages en profondeur

 

*Massages musculaire, sans caractère médical.

Quelles huiles pour le massage ?

Le massage à l’huile fait partie des rituels beauté ancestraux. Il a le pouvoir de relaxer le corps et l’esprit. Pour ce massage, j’utilise l’huile de noix de coco (extraite par pression à froid biologique) qui présente d’innombrables avantages tout particulièrement pour la peau. A la fois très riche en acides gras, c’est une huile végétale exceptionnelle qui présente de fortes propriétés hydratantes, nourrissantes, anti-âges, assouplissantes, réparatrices. De plus, elle est très facilement absorbée par la peau, offrant à l’épiderme un aspect lisse et une douceur intense. Et sans oublier son odeur exotique et paradisiaque qui parfume agréablement le corps ! Bref, l’huile de coco est incontournable pour un massage confortable et parfumé comme tout.

coconut-2675546

Les effets du massage

Sur le système cardio-vasculaire en permettant une vasodilatation des vaisseaux sanguins superficiels accompagnée d’une hyperthermie locale observable par une rougeur et une chaleur du site massé. L’augmentation du flot sanguin ainsi engendrée traduit un apport accru en oxygène et nutriments couplé à un transit accéléré des toxines.

Sur le système immunitaire et dans la réaction anti-inflammatoire en stimulant la circulation lymphatique, avec augmentation mesurable de lymphocyte T.

Sur le système nerveux et répercussion psychologique en ce relaxant pour activer le système parasympathique par ralentissement de la respiration et de la circulation sanguine. On constate une inhibition des hormones du stress (ex: ACTH) et une augmentation de la sécrétion de l’ocytocine, hormone de l’amour, de la confiance et du lien conjugal et social.

Sur le système musculaire en agissant sur les « points gâchettes » (triggers points), sorte de nœuds musculaires.

interdit noir

Contre-indications

Le massage ne pourra se faire si vous avez :

  • Dermatoses importantes: psoriasis, eczéma suintant ..
  • Problèmes circulatoires: phlébite, embolie …
  • Cancers: risque de dissémination de métastases
  • Plaies, fractures, on ne masse pas la zone atteinte
  • Fièvre aiguë
  • Pathologie en phase aiguë
  • Femme enceinte, pas de massage avant le 3ème mois (imputabilité d’une fausse couche, ensuite on ne masse ni le ventre ni le thorax)
  • Après un repas trop copieux

L'art ancien du massage

Depuis la nuit des temps le toucher est utilisé comme moyen d’expression, art de guérir, pratique spirituelle et plaisir, en témoigne la découverte de peintures rupestres datant de 15 000 ans.

D’anciens textes vieux de 5000 ans relatent la techniques de massage comme un art de guérir dans la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC).

En Inde, des textes ayurvédiques vieux de 4000 ans parle du massage comme un moyen de prévention et de guérison.

En Égypte, des papyrus datant de -2300 av J.-C. montre les pharaons se faisant masser les pieds. Et l’on sait aussi que Cléopâtre, reine d’Égypte antique, appréciait la réflexologie plantaire.

Le massage thaïlandais fait son apparition il y a 2.500 ans. Jivaka Kumar Bhaccha, médecin personnel du Bouddha et du roi indien Bimbisāra se serait inspiré du yoga pour développer cette thérapie permettant d’accéder au bien être de l’esprit par le massage corporel

Les romains incluaient le massage dans le rituel du bain et pour les plaisirs sensuels. Après les Jeux, les gladiateurs se faisaient régulièrement masser pour régénérer le corps ou soulager les douleurs.

Galien, médecin grec de l’Antiquité, rédige « les manuels du massage, l’exercice et la santé » vers 200 ans.

Avicenne, médecin arabe du XIème siècle, décrit l’usage des plantes curatives, les manipulations vertébrales et le massage.

Au Moyen Age, l’église catholique associe le massage aux plaisirs charnels. Il est condamné en temps qu’activité « hautement immorale ». Il faudra attendre la Renaissance et Ambroise Paré pour un retour du massage lors de ses consultations.

A la fin du 19ème siècle, le massage suédois a été inventée par le médecin néerlandais Johann Georg Mezger.

A Londres, le St George’s Hospital, crée un département de massage et de thérapie de massage (1900).

En 1960, l’institut Esalen , en Californie, adopte la thérapie du massage afin d’équilibrer l’esprit, le corps et les émotions.

Enfin, à partir des années 1980, on assiste à un véritable boum des instituts de massage.

« Le médecin doit avoir l’expérience de beaucoup de choses, mais à coup sûr du massage… Car le massage peut assouplir une articulation enraidie, ou, au contraire, corriger une hyperlaxité. »

 Hippocrate, Vème siècle av. J.-C.